Equipe de Biologie Evolutive Humaine

Mélissa Barkat Defradas

Chargé de Recherche
Institut des Sciences de l'Evolution (CNRS-UMR 5554)
Université Montpellier II (case postale 065)
Place Eugène Bataillon
34095 Montpellier cedex 05
tel : +33 (0)4 67 14 46 32 / fax : +33(0)4 67 14 36 22
melissa.barkat-defradas@univ-montp2.fr

CV
Photo de Mélissa Barkat Defradas
De façon surprenante, l'étude de l'activité langagière a longtemps été menée en dehors de tout questionnement sur sa fonction biologique. De fait, les Sciences Humaines et Sociales (anthropologie, linguistique) ont longtemps défendu l'idée que le langage était apparu en dehors de toute pression sélective. Dans ce paradigme, l'être humain - défini comme un être fondamentalement culturel n'ayant que peu de conduites instinctives - aurait « inventé » le langage articulé (au même titre que l'écriture). Dans cette conception purement culturaliste, la question de la raison d'être du comportement langagier a longtemps été évacuée de l'investigation scientifique au profit de l'étude extensive des mécanismes proximaux et sensori-moteurs qui le sous-tendent. Or, se poser la question des causes ultimes du langage humain permet de soulever des questions originales et de répondre à des interrogations encore en suspens. Les recherches que je conduis ont pour objectif de démontrer que la synergie des approches développées en linguistique et en biologie évolutive peut faire progresser de manière significative notre connaissance de cette faculté spécifiquement humaine. Linguiste de formation, mes travaux s'intéressent, entre autres, à :

(1) L'étude de la voix en tant que signal honnête permettant au locuteur d'afficher - via certaines caractéristiques vocales - sa qualité phénotypique et augmenter son succès reproductif
(2) L'étude de la proximité linguistique et génétique. A la suite des travaux initialement conduits par le généticien L. Cavalli-Sforza j'étudie la diversité génétique des populations arabes afin de mieux comprendre la variabilité linguistique du domaine arabophone.
(3) L'étude du rôle de la famille dans la transmission des formes linguistiques socialement valorisées qui pose que l'habileté langagière - différente en fonction de l'appartenance sociale des individus - participe à la structuration sociale des populations humaines.